Le Zen

Qu’est-ce que le Zen ? Qui est Nishijima ? Qui est Jean-Marc Bazy ?

Être « zen » aujourd’hui signifie être « cool », calme, voir la vie du bon côté, sans être perturbé par le stress ordinaire de la société. C’est aussi être efficace et présent dans une sorte d’égalité d’humeur.
  • Que recouvre exactement cette pratique ? D’où nous vient-elle ? Est-elle adaptable au monde moderne occidental ?
  • La pratique du zen, méditation corps et esprit en unité, est-elle possible à vivre et à intégrer dans la vie de tous les jours et dans la vie d’aujourd’hui ?
  • Sur fond de psychosomatique, comment cette méditation peut-elle aider à gagner en sérénité dans un monde toujours aussi absurde, en perte de valeurs et de repères ?
  • Comment ce chemin peut-il changer concrètement et réellement nos vies, parfois insensées, si sujettes aux frustrations, sautes d’humeur, angoisses, maux de vivre, insatisfactions, voire dépressions, colères, violences ou abandons ? Pourquoi nombre de bouddhistes semblent des gens heureux et calmes ?

Gudo Wafu Nishijima

Maître Zen japonais âgé de 83 ans. Il a passé 50 ans de sa vie à étudier l’œuvre du grand philosophe DOGEN (1200-1253) qu’il a traduit du japonais en anglais. Il traduit actuellement du sanscrit au japonais et à l’anglais l’œuvre du NAGARJUNA, stances du milieu par excellence (MADHYAMAKA-KARIKA). Il tient aussi un blog sur lequel il publie régulièrement des articles pour continuer à enseigner bouddhisme : http://gudoblog-e.blogspot.com/ Son apport et son message sont considérables autant qu’optimistes : nous avons la chance de vivre au vingt-et-unième siècle, qui doit permettre d’avènement du bouddhisme du réel ancré dans le monde présent actuel et vrai. Nous ne pouvons nous satisfaire de la philosophie de l’idéalisme qui nous fait nous projeter dans l’irréel du rêve, de l’utopie, de l’intellect romantique, d’un monde imaginé et toujours autre, espéré mais toujours séparé de nous. Nous ne pouvons nous satisfaire de la philosophie du matérialisme qui nous laisse stagner dans un déterminisme causal et fataliste où même nos pensées ne sont que le résultat d’un processus chimique.

Comment dépasser ces antagonismes impossibles à concilier, générateurs de souffrance ?

Pour Gudo Wafu NISHIJIMA, la voie de la libération et du bonheur est l’investissement total corps et esprit dans l’action au moment présent, ici et maintenant, dont la forme la plus épurée est Zazen, méditation assise qui nous fait immanquablement rencontrer le réel sans dépendre de notre mental (qui est seulement un outil à notre service) et non la marque d’un ego substantiel. La pratique de Zazen que Gudo Wafu NISHIJIMA préconise repose sur un engagement libre, conscient et non violent, loin de toute mortification ou de tout moyen pour obtenir quelque chose. Le corps et l’esprit en unité s’ancrent dans une méditation sans intention et totalement silencieuse. Il s’agit seulement instantanément de s’harmoniser avec le réel tel qu’il est dans un mental équilibré par la pratique (effets bénéfiques sur le système nerveux).

Jean-Marc BAZY

Moine zen, il a reçu la transmission du Dharma de Gudo Wafu NISHIJIMA. Il est responsable du Dojo de l’association Zen Dogen Sangha à Villeurbanne.